Your Feedback Matters


We hope you are enjoying The Foundation Stone™.
Please take a few moments to complete the survey
so that we can continue to improve our website.
Thank you for your time and support.

Take this survey



Your Feedback Matters


Please reconsider your decision.
A few minutes of your time will be
a great help and will allow us to make
The Foundation Stone™ even better.

Thank You!

Take this survey


Exclusively designed for The Foundation Stone Hand Crafted Metal Lace Thank You Machine


To order yours please contact

michal@thefoundationstone.org

Nouvelles
prev
next
La Musique de la Halacha: 25 Kinah: pleurer, je Imprimer Envoyer

The Music of Halacha "Est-ce que ma tête était l'eau et mes yeux une source de couler des larmes." (Sur la base de Jérémie 8:23) [Voir Kinah 25 - s'agissait-il la peine? ]

Un responsum intéressants de la Radbaz (# 985) concerne un grand savant qui a perdu un fils, mais n'a pas versé une seule larme. Est-ce condamnable attitude stoïque ou est-il d'être félicité?

Il répond: C'est un trait mal démontrer la dureté de cœur et un mauvais caractère. Cette attitude cruelle, c'est que des philosophes qui disent que ce monde est vanité, une vaste blague ... Mais nous qui avons reçu la Torah doit croire et comprendre que ce monde est très précieux pour ceux qui l'utilisent correctement et qui se conduisent en d'une manière convenable.

C'est par la façon dont il se comporte dans cette vie qui atteint l'homme au monde à venir et d'immortalité, pour ce monde qu'on appelle le monde des actes. Par conséquent, nous ne devons jamais considérer comme la vanité, l'attribution de ses douleurs à la mauvaise façon, il est régi et se plaindre des malheurs de l'existence temporelle, comme la majorité des poètes l'ont fait. L'homme doit plutôt le deuil de ses propres mauvaises actions.

Celui qui pleure, pleure et verse des larmes sur la perte de ses parents, à combien plus forte sur la mort des justes, suit les traces des saints, les prophètes et les hommes de bonnes actions. Elle rappelle à la pureté de l'âme et la soumission à l'homme Maker. L'homme, face à la tragédie, doit pleurer pour ses péchés qu'il a sur lui.

Ce n'est pas pour rien que les rabbins, de mémoire bénie, règle selon laquelle les trois premiers jours après le décès d'un parent sont de pleurer, sept jours de deuil, et trente jours pour s'abstenir de laver les vêtements et la coupe de la hair.It elle était pas une bonne chose, ils ne l'aurait guère prescrit pour trois jours.

Abraham, Jacob, David et pleuré quand ils ont perdu un parent.

Consulter les travaux de Torat Ha-Adam par Nahmanide, de mémoire bénie, et vous trouverez de quoi répondre à votre question.

Néanmoins, il n'est pas bon de pleurer trop sur la mort d'un parent, comme dit le Talmud.
Share/Save/Bookmark
 
Joomla 1.5 Templates by JoomlaShine.com