Your Feedback Matters


We hope you are enjoying The Foundation Stone™.
Please take a few moments to complete the survey
so that we can continue to improve our website.
Thank you for your time and support.

Take this survey



Your Feedback Matters


Please reconsider your decision.
A few minutes of your time will be
a great help and will allow us to make
The Foundation Stone™ even better.

Thank You!

Take this survey


Exclusively designed for The Foundation Stone Hand Crafted Metal Lace Thank You Machine


To order yours please contact

michal@thefoundationstone.org

Nouvelles
prev
next
Outils Mishlei: Les Trois Semaines: 19:17: Une course avec Dieu Imprimer Envoyer

The Three Weeks En l'honneur de la sainte Zisha Reb, qui est constamment Racing avec Dieu: «. Celui qui est généreux envers les pauvres consent un prêt à Dieu, Dieu devra rembourser ce qui est dû (Proverbes 19:17)« Rabbi Eléazar dit: «Dieu donne la nourriture pour tous chair (Psaumes 136:25), «et cette personne ne se précipita vers cette Mitsva et nourris à la personne avant moi. Le Saint, Béni soit-Il, dit: «Je dois rembourser ce bon, agir soins», qui est le sens du verset: «Dieu va rembourser ce qui est dû." (Vayikra Rabba 34:2)

Rabbi Eléazar ne décrit pas celui qui donne la charité, comme le messager de Dieu pour nourrir le pauvre, mais comme se précipiter pour le nourrir avant que Dieu prit soin de lui! Je crois que Rabbi Eléazar est en soulignant les dangers de croire que lorsque nous donnons la charité que nous agissons en tant qu'agents de Dieu: il ya le danger évident de nous considérer comme des agents de Dieu et de croire que nous sommes plus importants que d'autres. Il ya un grand danger; une fois que nous commencer à aborder les besoins des pauvres comme des agents de Dieu, nous pouvons tomber dans le piège de dire: «Dieu prendra soin d'eux", et d'attendre Dieu. La vraie charité, enseigne Rabbi Eléazar, est de se précipiter pour aider les autres avant que Dieu fait. Il veut que nous voyions la charité comme une course avec Dieu! C'est peut-être la lecture de Rabbi Eléazar de «La ruée vers l'zélés à faire Mitsvot (Pessa'him 4a)."

Il ne faut pas beaucoup pour l'image des gens coincés à Jérusalem alors qu'elle était assiégée par les Babyloniens, et encore, des centaines d'années plus tard, par les Romains. Il était impossible d'aller partout dans la ville sans voir des gens affamés meurent dans la rue. Alors que la Ville Sainte de Dieu est menacée n'est pas un temps pour les gens de dire: «Nu, Dieu prendra soin d'elle!" Ce sont des gens qui ne s'entendaient pas, les gens qui haïssaient les uns les autres sans aucune raison.

C'est pourquoi le Talmud (Gittin 66b) décrit les gens riches qui ont ouvert leurs greniers pour nourrir et fournir les personnes qui souffrent; elles ont couru contre Dieu aux soins pour les nécessiteux. Ils sont les exemples de comment nous devons agir, surtout pendant les trois semaines où nous nous efforçons de réparer les péchés qui ont conduit à la destruction du Beit Hamikdach. Nous devons chercher d'autres plus besoin que nous sommes, et la race de Dieu pour trouver des moyens pour s'occuper d'eux.

Share/Save/Bookmark
 
Joomla 1.5 Templates by JoomlaShine.com